Présentation

Contes de Marianne : Présentation de la blogueuse

Après une carrière de conseillère d’orientation psychologue et directrice de CIO, Centre d’Information et d’Orientation dans l’Education Nationale en Alsace et en Lorraine, je poursuis des activités associatives dans le domaine de l’écologie. ( membre active de l ‘association Entreprendre Vert, pour la promotion d’une véritable économie verte)www.entreprendrevert.org). Je propose aussi les compétences professionnelles acquises.

Je suis réserviste citoyenne auprès de l’académie de Strasbourg, et psychologue consultante indépendante en éducation à l’ égalité filles/garçons, spécialisée dans l’écoute et l’orientation des jeunes à besoins particuliers et dans l’accompagnement de familles.(www.cdafal67.com)

Bref un travail volontaire dans la citoyenneté, l’utile et le soulagement d’autrui. Ce travail, que je transmets, j’ai souhaité le compléter le compenser même par des pratiques d’écritures, celles qui racontent autrement les choses de la vie, qui débrident les imaginaires, et procurent le plaisir d’écrire, et j’espère, d’être lue.

Les textes qui composent les contes de Marianne

– sont des bulles semées sur le net et que le vent des internautes va disperser au gré des courants et des hasards.

– Qui laissent aux lectrices et lecteurs la liberté d’y démêler le vrai du faux, le rêve de la réalité, le souhaitable de l’inacceptable,

Je m’éveille à l’écriture libre par la forme la plus ancienne, la plus populaire de la narration qui existe dans toutes les cultures, le conte.Un atelier d’écriture a favorisé le passage à l’acte ; (www.theatrephysique.com, Christine Fariat).

Depuis, ce sont des contes écrites, ressenties, dans les langues que j’ai fait miennes, par le hasard de la naissance, la langue maternelle, par le sens de l’histoire, le français et l’allemand, par mes choix de jeunesse, l’anglais et l’italien, Les mots de ces histoires me viennent comme me pousse et ma bouche et mon esprit, so wie mr’ de Schnäwel gewachse esch un de Kopf sich gedreiht het in de Wanderungs’Freie Luft.

Dans ma prime jeunesse activiste du renouveau culturel, le slogan du bulletin alterantif du Haut Rhin, le Klapperstei, slogan repris par Uss »m follik du Bas Rhin, auquel j’avais collaboré, ce slogan disait «  M’r Redde wie uns d’r Schnäwel gewachse esch »

Avec les identitaires, ce slogan s’est infléchi en « M’r Solle redde wie uns der Schnäwel gewachse esch , Ihr ( e Staat, d’r Herr soll uns unser Landel wieder gann»

Pour ma part, je dis et j’écris  aujourd’hui :

«  Isch redde, isch schrieb, esch hoerisch wie’mr de Schnäwel gewachsen ech, un er wachst alle tag noch, im Kreis von d’r e ganze Wält, so gross und so klen wann m’re se rum un um verfährt ! »

Traduction : Je parle, j’écris, je communique avec les langues qui ont poussé dans mon bec, elles y poussent encore aujourd’hui, au gré des voyages et rencontres dans notre monde devenu si loin et si proche.

.

Marianne VEGE