C’est l’automne l’automne de l’an 2020

Aujourd’hui lundi 2 novembre la France rend un hommage solennel à Samuel Paty , professeurs d’histoire geographie mort assassiné pour avoir fait son travail , un travail que Jean Jaures, ecrit dans la lettre aux institutrices et instituteurs en 1888 Un travail plus que jamais d’actualité

une lettre qui nous raconte, nous parle et nous oblige par les mots à vivre ensemble pour le meilleur et pour le rire , malgré les crises qui nous accablent . Lisez, lisons:

Lettre de Jean Jaures 1888 Aux Instituteurs et Institutrices 

 » Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants ; vous êtes responsables de la patrie. Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confère, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. Enfin ils seront hommes, et il faut qu’ils aient une idée de l’homme, il faut qu’ils sachent quelle est la racine de toutes nos misères : l’égoïsme aux formes multiples ; quel est le principe de notre grandeur : la fierté unie à la tendresse. 

Il faut qu’ils puissent se représenter à grands traits l’espèce humaine domptant peu à peu les brutalités de la nature et les brutalités de l’instinct, et qu’ils démêlent les éléments principaux de cette œuvre extraordinaire qui s’appelle la civilisation. Il faut leur montrer la grandeur de la pensée ; il faut leur enseigner le respect et le culte de l’âme en éveillant en eux le sentiment de l’infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c’est par lui que nous triompherons du mal, de l’obscurité et de la mort. 

Eh quoi ! Tout cela à des enfants ! — Oui, tout cela, si vous ne voulez pas fabriquer simplement des machines à épeler. Je sais quelles sont les difficultés de la tâche. Vous gardez vos écoliers peu d’années et ils ne sont point toujours assidus, surtout à la campagne. Ils oublient l’été le peu qu’ils ont appris l’hiver. Ils font souvent, au sortir de l’école, des rechutes profondes d’ignorance et de paresse d’esprit, et je plaindrais ceux d’entre vous qui ont pour l’éducation des enfants du peuple une grande ambition, si cette grande ambition ne supposait un grand courage. […] 

Sachant bien lire, l’écolier, qui est très curieux, aurait bien vite, avec sept ou huit livres choisis, une idée, très générale, il est vrai, mais très haute de l’histoire de l’espèce humaine, de la structure du monde, de l’histoire propre de la terre dans le monde, du rôle propre de la France dans l’humanité. Le maître doit intervenir pour aider ce premier travail de l’esprit ; il n’est pas nécessaire qu’il dise beaucoup, qu’il fasse de longues leçons ; il suffit que  tous les détails qu’il leur donnera concourent nettement à un tableau d’ensemble. De ce que l’on sait de l’homme primitif à l’homme d’aujourd’hui, quelle prodigieuse transformation ! et comme il est aisé à l’instituteur, en quelques traits, de faire sentir à l’enfant l’effort inouï de la pensée humaine ! […] 

Je dis donc aux maîtres, pour me résumer : lorsque d’une part vous aurez appris aux enfants à lire à fond, et lorsque d’autre part, en quelques causeries familières et graves, vous leur aurez parlé des grandes choses qui intéressent la pensée et la conscience humaine, vous aurez fait sans peine en quelques années œuvre complète d’éducateurs. Dans chaque intelligence il y aura un sommet, et, ce jour-là, bien des choses changeront. « 

Jean Jaurès, La Dépêche, journal de la démocratie du midi, 15 janvier 1888.

C’était l’été 2019… l’automne…est là- ambiance CLIMAT

c8060111-15ca-4201-bfa1-2c8b03aac90c-768x768L’été des canicules. 39°-40° a fait fondre la capacité d’écrire de votre conteuse préférée comme celle des composants électroniques de son vieil ordinateur familial.

Alors n’en parlons plus. Redde m’r nimme devon, comme disait Germain Muller en 1951 dan son cabaret le Barabli à propos de la « 2GM », la vraie der des der, ?

En effet n’en parlons plus, agissons!  Hier 5000 personnes dans les rues de Strasbourg : Marche pour le climat, tous âges, tous genres, les femmes en nombre, merci Greta, ensemble avec les gilets Jaunes, avec la CGT  (hé oui, çà évolue), toujours contre le GCO, qui n’en finit pas d’asphyxier  les efforts pour mieux respirer en Alsace, et malgré les déconvenues agissons . Les 5000 personnes présentes en représentaient bien d’autres, comme votre conteuse qui n’avai pas assez de mains à lever pour représenter ces lycéennes de Marie Curie en charge d’uan autre devoir de mémoire à Koenigshoffen.

Avec Germaine de Kolbsheim, déjà là en 2018 toujours en 2019

gERMAINE kOLBSHEIM2018Avec les pieds, avec les mains, avec la voix, avec la plume des clavistes poètes et résistant.es, comme cette famille pédaleuse dans sa calèche à baldaquin orné de slogans « Climat, Social, même combat »

Avec la tendresse têtue de celles qui n’ont pas de nom, pas de poids dans l’histoire,mais qui marchent, marchent

Et renouent les fils et les fils de nos histoires.  Des histoires qui feront l’Histoire tout comme le  poète Paul Eluard,  énumérant en 1942, obstiné,  alors que tout semblait perdu, tous les endroits, où tracer   » J’écris ton nom, Liberté »

LIBERTE,  j’écris ton nom , repris par un.e anonyme en 1974 lors de la 2eme marche du Larzac contre l’extension du camp militaire et pour une agriculture respectueuse de la nature:

« LIBERTE de crier jusqu’aux frontières de l’indécence

LIBERTE de dire que la blessure est ouverte

LIBERTE d’aimer tous les sons à cymbales

qui réveillent les majorités endormies

sur une planète qui brûle pour nous

mais tournera impavide, sans nous

autour du soleil en compagnie de la lune

Alors, du coeur, et du coeur, poursuivre  l’ouvrage,, avec , entre autres,

un 1er RDV d’automne à Strasbourg : rentrée des Associations, parc de la Citadelle.

dimanche 29 septembre à 17h30, sur scène,  Françoise, Marianne,  et Yves, vont présenter un échantillon de leurs textes qui parlent …d’amour 

LIBERTE de parler d’amour

Plutôt que de faire la guerre

coeur

Liberté de nommer les choses

pour mieux les vivre

Liberté de se prendre la main

Se faire confiance

nous faire confiance

En toute conscience

Une première  fois

Marianne VEGE

 

 

une soirée citoyenne et littéraire

Des femmes inconnues , citoyennes, féministes, au service de leur ville, du peuple, des autres

Dans la série des femmes en politique, inconnues, mal connues, oubliées :

Le Kaffeegrenzle des citoyennes présente :

Rosa Luxemburg, 1871-1919

Figure historique du socialisme naissant et épistolière de talent

rosa-luxemburg

Qui était vraiment Rosa Luxemburg ?

Rosa L. , épistolière, l’amour de la nature à l’aube du XX siècle 1900-1919
Soirée Lectures choisies , par Marianne Vollet Gless
ET Projection d’une bande filmée d’un spectacle inédit de la compagnie Pookline créé par Renate Pook, chorégraphe et danseuse contemporaine

Jeudi 23 mai 2019 à 20 h

au centre Socio Culturel Montagne Verte

10 rue d’Ostwald 67200 Strasbourg    ( bus 2 ou tram B, station Elmerforst)

contact mvolletg@wanadoo.fr

en savoir plus Lire la suite « une soirée citoyenne et littéraire »

BONNE ANNEE 2019 Happy New Year

 

L’année 2018 est passée, vite,  dense, forte

HAMSTER3

L’été, caniculaire, Strasbourg respira mal. Ailleurs ce fut, c’est encore bien pire, en Afrique, au Bangla Desh. Notre terre a la fièvre. Unser Landl äu !!! 

L’automne, les marches pour sensibiliser au réchauffement climatique croisent les ronds-points  des Gilets Jaunes, les luttes pour les fins de mois rencontrent celles pour une planète où les humains puissent vivre ENCORE.

Cet hiver 18/19 est doux,humide. Il n’y a plus de neige à Noel. Une fusillade stupide et meurtrière a éclaboussé les lumières du grand sapin de la place Kleber.

IMG_0165B.P.DanyLAFERRIERE-Dormir

Requiem pour une année de fin d’un monde, je vais, tu vas, nous allons vers 2019 pour fabriquer un nouveau récit , en remplacement de

L’ère du tout-pétrole 1905-2005 

ce vieux fossile bitumeux

L’illusion du tout nucléaire

Ils n’en finissent pas de déchirer

La planète, ses entrailles, ses noyaux vitaux

Les sociétés, nos enfants nos cultures

nos sociabilités, leurs communautés

nos affinités   et

L’idéal démocratique  Notre horizon d’humanité

Zénitude  et  Ténacité

pour entrer en 2019

Y faire notre part, en solo, en famille

entre ami.es, ensemble vivre vivant.es

YannickPhtoBebeJMThomasVisage